Paroles de Cistude

27 Nov 2017

Paroles de Cistude

 

La Cistude habite dans notre département depuis environ 2 millions d’années. Une ancienneté qui lui donne ce mois-ci le premier plan dans l’interview de la Gazette de l’ADASEA. 

Emys Orbicularis, pouvez-vous vous présenter pour ceux qui ne vous connaissent pas ?

Je suis Cistude d’Europe mais mon nom officiel est Emys orbicularis. Je suis une tortue d’eau douce de petite taille (13cm pour moins d’un kilo). J’ai la carapace lisse et sombre. Vous me reconnaitrez aussi à mes petites tâches jaunes localisées un peu partout sur mon corps : tête, carapace, pattes et queue. Et surtout, je n’ai pas les tempes fardées de rouge comme cette voleuse de Trachemys !

 

Vous semblez avoir quelques problèmes de voisinage … 

Oui c’est vrai. Trachemys scripta elegans, communément appelée Tortue de Floride, est une cousine américaine. Arrivée avec les animaleries, elle occupe maintenant mes lieux de résidence et pique dans mon garde-manger. Il faut aussi savoir qu’elle me transmet des maladies ! Cette américaine s’est bien adaptée à nos climats et prend progressivement ma place dans la société. Il ne faut surtout pas en introduire de nouvelles et prévenir si certaines viennent s’installer chez vous. Comme je le disais vous ne pouvez pas nous confondre, elle a des bandes jaunes sur le corps et non des points jaunes, et ses tempes sont rouges (même si la couleur s'estompe au fil du temps dans le milieu naturel). En cas de doute, n'hésitez pas à prendre des photos et à contacter des spécialistes (ADASEA, ONCFS, ...).Elle s’est bien adaptée à nos climats et prend progressivement ma place dans la société. Il ne faut surtout pas en introduire de nouvelles et prévenir si certaines viennent s’installer chez vous. Comme je le disais vous ne pouvez pas nous confondre, elle a des bandes jaunes sur le corps et non des points jaunes, et ses tempes sont rouges (même si la couleur s'estompe au fil du temps dans le milieu naturel). En cas de doute, n'hésitez pas à prendre des photos et à contacter des spécialistes (ADASEA, ONCFS, ...).

Pour finir avec mes problèmes de voisinage, une récente arrivée commence à poser des problèmes dans la Région : la tortue Serpentine. Elle est vorace et peu commode. Encore une fois, elle est arrivée à cause de lâcher de propriétaire peu scrupuleux.

Alors, s'il vous plait, NE LIBEREZ PAS DE TORTUE EXOTIQUE DANS LA NATURE !


Cistude à Gauche et Tortue de Floride à droite

Vous parliez de votre maison mais où habitez-vous ?

En France, vous me trouverez principalement dans le Centre, le Sud-Ouest et près de la côte Méditerranéenne. Dans le Gers, je suis présente un peu partout. Plus vous allez vers l'Ouest du département plus vous avez des chances de me croiser, notamment dans les Étangs de l'Armagnac.
J’aime occuper les mares et les étangs mais vous pourrez aussi me croiser dans les cours d’eau calmes, les lacs, les fossés, les boisements des queues d'étang ou les annexes fluviales. J’aime surtout les habitats tranquilles et ensoleillés. Je recherche des lieux équipés avec de bons transats pour mes bains de soleil : des plages en pente douce, du bois morts, des pierres, etc. Je préfère donc quand les propriétaires des lieux laissent un peu de bazar s'installer (branches et troncs tombés dans l'eau). Quand je parle de bain de soleil, ne vous méprenez pas, je me prélasse surtout le matin et quand les journées sont fraiches. C’est mon unique moyen pour maintenir ma température corporelle : je thermorégule ! C’est indispensable pour que je puisse avoir une activité normale, il ne vaut donc mieux pas me déranger pendant mon "insolation".

 

Parlez-nous justement de vos activités ?

D’octobre à février, je dors. Le froid me ralentit et je n’ai pas assez d’énergie pour chercher ma nourriture alors j’hiverne tranquillement au fond des points d’eau. Le reste de l’année, j’alterne entre bain de soleil, repas et activité de couple.

Pour manger, je ne suis pas difficile ; je consomme des mollusques, des insectes aquatiques, des têtards, un peu de végétaux et je ne gâche rien puisque je suis charognard. Les poissons ou oiseaux morts seront donc vite nettoyés grâce à ma présence.

Pour ce qui est du couple, une fois le partenaire trouvé au printemps, je recherche l’endroit idéal pour la ponte entre mai et juillet. C’est un moment important de l’année pour moi. Plutôt pudique, je m’éloigne du point d’eau au crépuscule pour trouver un endroit protégé où la terre est meuble. Pour diverses raisons mes œufs arrivent rarement à termes malheureusement, ce qui rend notre espèce encore plus menacée.

 

Vous êtes en effet aujourd’hui reconnue comme une espèce menacée, mais je crois savoir que vous avez plus de 40ans, les choses ont-elles toujours été ainsi ?

Ah, ça on peut dire que les choses ont changé au cours des années. La plupart de nos lieux d’habitation et de ponte ont été détruits, et beaucoup sont aujourd’hui peu ou mal entretenus. A nos prédateurs naturels s’ajoutent de nouvelles menaces : activités humaines, voitures, tracteurs, animaux de compagnie, espèces exotiques, …  Nous sommes aussi forcément sensibles au développement des activités humaines qui impactent la qualité des milieux humides et de la ressource en eau.

Mais bon, je suis encore dans la fleur de l’âge, ma grand-mère est morte à 80ans alors j’ai encore le temps d’en voir. J’espère que les choses iront dans le bon sens.

Vous connaissez l’ADASEA depuis plusieurs années maintenant, pouvez-vous expliquer aux lecteurs la teneur de notre relation ?

L’ADASEA s’occupe de moi dans deux cadres différents.

Dans le cadre de l’animation des sites Natura 2000, notamment celui des Etangs de l’Armagnac, elle accompagne et conseille les propriétaires et gestionnaires pour la mise en place de pratiques qui prennent en compte ma présence.

Elle fait le même travail sur l’ensemble des zones humides du Gers (étangs, mares, prairies inondables) dans le cadre de la Cellule d’Assistance Technique aux Zones Humides (CATZH), ce qui amplifie largement les impacts positifs. Dans les secteurs où je suis moins présente (vers l'Est du département), la préservation des habitats favorables est d'autant plus importante. Même si je semble être absente, je ne suis peut-être pas bien loin !

Pour donner un exemple d’actions qui m’est particulièrement bénéfique, l’ADASEA incite au maintien des prairies naturelles aux alentours des points d’eau que j’occupe, avec une date de fauche retardée. Ces espaces représentent ainsi pour moi des sites sécurisés pour la ponte.

Pour résumer, l'ADASEA aide concrètement les gestionnaires des milieux (agriculteurs, pisciculteurs, propriétaires particuliers) à me reconnaitre et à mettre en place des mesures de gestion en ma faveur ; ce sont parfois de petites choses (laisser des arbres morts sur l'étang), comme parfois des actions de plus grande envergure (enherbement de parcelles).

Un message pour conclure cette interview peut-être …?

Toutes les espèces ont leur importance pour le bon fonctionnement de nos territoires. Je souhaite que chacun prenne conscience de la valeur de notre environnement et de son pouvoir individuel à faire changer les choses, autant dans le discours que dans les actes.

Ah, et je voudrais aussi en profiter pour dire un grand merci à tous les gestionnaires qui pensent déjà à moi en appliquant les conseils de l’ADASEA !!

 

Rentrez dans la peau de la Star Cistude sur : http://webdoc.pna-cistude.fr/

Nos coordonnées

Maison de l’Agriculture – BP 70 161

32003 AUCH cedex

Tel. : 05 62 61 79 50  

contact.gers@adasea.net

 

Inscrivez-vous à la Gazette de l'ADASEA pour rester informé de notre actualité :

 

Inscription

Nous contacter

Remplir le formulaire ci-dessous

Partenaires

 

FEDER - FEADER