Retour Journée Mondiale des Zones Humides (JMZH)

 

Thème 2019 : « Zones Humides et changements climatiques »

Pour cette JMZH 2019, l’ADASEA, au travers de la Cellule d’Assistance Technique pour la gestion des Zones Humides (CATZH*), a participé à deux animations. Ces moments d’échanges conviviaux sont essentiels pour la prise en compte des zones humides et la sensibilisation du grand public à leur conservation. Les milieux humides jouent un rôle important aujourd’hui et qui sera primordial demain, aussi bien pour l’atténuation des sècheresses que des crues.

Le 21 février 2019 à Riscle :

Un ciné –débat était organisé par l’éco-centre Pierre et Terre de Riscle.

Une 40aine de personnes sont venues assister à la projection du film « Zones humides, un présent retrouvé » de Boris CLARET et Isabelle DARIO (disponible ici) dans lequel des animateurs de la CATZH du Gers ont été filmés sur le terrain, suivi d’un moment d’échanges autour des zones humides du Gers.

Capucine BAILLOU a présenté les différentes actions et outils de préservation mis en place dans le département notamment au travers de la CATZH et des multiples missions de l’ADASEA du Gers.

Luc LAHAYE, éleveur sur la commune de Louslitges et gestionnaire de zones humides adhérent à la CATZH, est venu présenter les raisons de son attrait pour les zones humides et la façon dont elles s’intègrent dans son système d’exploitation.

Au cours des échanges, la qualification des zones humides du Gers, leur histoire et leur réglementation ont été évoquées en abordant leur intégration dans le territoire et les menaces qui pèsent sur elles.

Les échanges se sont poursuivis autour de la traditionnelle tisane proposée par l’éco-centre Pierre et Terre.

Le 23 février 2019 à Perchède

A l’occasion de la vidange et de la pêche annuelle de l’étang communal de Perchède, la CATZH a labellisé cette journée JMZH, organisée en partenariat avec la commune, la société archéologique du Gers et Bertrand de Pesquidoux. Les gestionnaires d’étangs de l’Armagnac du réseau de la CATZH sont venus nombreux cette année et ont pu échanger entre eux sur diverses thématiques liées à la gestion des étangs (pisciculture extensive, espèces protégées et invasives…). La quantité de poissons espérée n’a pas été au rendez-vous : plusieurs facteurs peuvent expliquer cette baisse comme la faible quantité d’herbier, le prélèvement important par les nombreux cormorans qui sont soit sédentaires à proximité de l’étang, soit de passage en période migratoire, …

La soixantaine de participants (élus, gestionnaires d’étangs, particuliers …) a pu profiter de cette pêche aux filets réalisée par un pisciculteur professionnel, des panneaux pédagogiques et apprécier le repas du pêcheur en plein air, au pied de l’étang !

L’après-midi, Bertrand de Pesquidoux et son épouse ont accueilli chaleureusement une conférence dans une des belles pièces du Château de Pesquidoux, classé maison d’écrivain. Jacques LAPART, historien de la société archéologique du Gers a présenté les résultats de ses recherches aux archives départementales du Gers sur l’histoire des étangs de l’Armagnac. Il a fait état de divers récits mentionnant les locations d’étangs et de moulins, les droits de pêche, des exemples de chicanes…

Il a évoqué les difficultés à retrouver des traces écrites concernant le Moyen-Age. Les seuls documents existants sont ecclésiastiques, très rares et difficiles à lire car écrits en vieux français. Après avoir consulté les cartulaires des prieurés de Saint-Mont et d’Eauze, il n’a pas trouvé d’éléments confirmant la création d’étangs par des moines cisterciens en Bas-armagnac. En revanche, à partir du 17ème siècle, la documentation est plus abondante et permet d’attester la présence de nombreux étangs dans l’Armagnac à cette période appartenant souvent à des familles bourgeoises et aux communautés (ancien nom des communes).

Ces étangs apportaient un équilibre agro-pastoral et permettaient de diversifier les ressources, pouvant être utilisés pour : le poisson, les moulins, la récolte de joncs et d’osiers, l’irrigation de prairies afin d’augmenter le rendement de foin, le rouissage du chanvre et du lin…

Cette belle journée ensoleillée a été riche en échanges divers et culturels au rythme de la convivialité gasconne !

*Action co-financée par l'Agence de l'Eau Adour Garonne et par le Fonds Européen de développement Régional

Nos coordonnées

Maison de l’Agriculture – BP 70 161

32003 AUCH cedex

Tel. : 05 62 61 79 50  

contact.gers@adasea.net

 

Inscrivez-vous à la Gazette de l'ADASEA pour rester informé de notre actualité :

 

Inscription

Nous contacter

Remplir le formulaire ci-dessous

Partenaires