Valorisation des produits issus d'élevage herbager

Comment valoriser les produits issus de systèmes extensifs et herbagers ?

Le rapport dans son intégralité est disponible ICI : Rapport-Filière-BV-GACG-2018-ADASEA32

Le Grand Auch se dote d’un projet territorial de développement durable dont la finalité est la lutte contre le changement climatique et l’adaptation du territoire à ses effets. L'ADASEA a souhaité répondre dans le cadre du thème 3: "Montrer et accompagner les techniques culturales à faible impact environnemental (stockage du carbone, préservation des ressources, réduction des intrants), mais également permettre le développement et la promotion des filières agricoles". L’étude qui suit part d’un constat simple : valoriser les produits issus d’élevage extensif herbager, c’est maintenir cette activité et la grande diversité de services éco-systémiques qu'elle procure et conserver les milieux agro-pastoraux écrins d'une biodiversité complexe. Or ces thèmes sont au coeur des préoccupations et actions de l’ADASEA32.

L’élevage sur prairies, véritable levier pour atténuer le changement climatique

L’activité d’élevage extensif a permis de maintenir et de préserver des espaces herbagers et boisés qui seraient laissés en déprise ou en friche sans son action. Or ces espaces jouent un rôle reconnu dans l’atténuation du changement climatique par la fixation et le stockage de carbone, renforcé car ils intègrent un système bocager (haies, bosquets). Ils permettent aussi de préserver, d’épurer la ressource en eau et de limiter l’érosion des sols lors des forts événements pluvieux.

Près de 4450 ha de surfaces herbacées sont présents sur le territoire du Grand Auch Cœur de Gascogne, et sont entretenus et maintenus grâce à l’élevage d’herbivores et qui participent à la lutte contre le changement climatique.

Quels avantages des circuits courts ?

Les intérêts de développer des filières courtes en faveur des élevages intégrant les ressources naturelles du territoire sont multiples. C’est pourquoi, le projet d’une filière courte pour la valorisation des produits de l’élevage principalement herbager fait écho aux objectifs économiques, sociaux et environnementaux notamment en ce qui concerne la réduction d’émission de GES de l’agriculture (26% des GES du territoire).

Pourquoi la viande bovine ?

La filière d’élevage est dans une crise structurelle et continue de délocaliser sa production avec depuis plusieurs années, un nombre d’éleveurs qui diminue sur le département. Aujourd’hui, ce sont 181 éleveurs qui se partagent le territoire du Grand Auch Cœur de Gascogne.

Historiquement, la production de viande du département a été orientée vers la production de broutards (jeunes bovins) exportés en Italie ou en Espagne où ils seront abattus puis consommés. Les éleveurs sont donc majoritairement « naisseurs », (61% des exploitations). Ainsi seuls 35% des effectifs sont vendus pour la boucherie[1] (chiffre en hausse en 2017) et seuls 26% sont mis en marché au niveau départemental[2]. Ce choix stratégique a peu à peu fait perdre la main aux éleveurs gersois sur la valorisation de leur production. Le territoire perd quant à lui une opportunité de consommer les produits de l’agriculture locale tandis que paradoxalement, le constat établit fait état de difficultés pour les éleveurs –engraisseurs de commercialiser localement leurs animaux.

En résumé, relocaliser la consommation de viande permettrait de soutenir l’activité d’élevage tout en réduisant les transports de marchandises.

Relocaliser la consommation de viande bovine, c’est aussi pérenniser la filière et donc conserver et créer des emplois : éleveurs, emplois d’ouvriers en abattoir ou en ateliers de transformation, vétérinaires, coopératives, chargé de développement de la filière etc...

Déroulé de l’étude

Les premiers entretiens révèlent que la viande bovine gersoise (toute qualité confondue) est loin d’être consommée localement ! Cela remet en question l’adéquation de l’étude initiale aux réalités du terrain puisqu’à la question « Comment valoriser les produits issus d’élevages extensifs et herbagers Gersois ? » les professionnels du secteur répondent massivement qu’il faudrait déjà commencer par valoriser la viande bovine gersoise tout court…

L’étude s’étoffe d’une problématique plus ambitieuse et plus complexe, sans perdre de vue pour autant son but premier.

Identification des acteurs

Cette identification passe par le croisement des acteurs du territoire : à la fois professionnels du secteur de l’élevage (conseillers Chambre d’ Agriculture, Idele, OP, éleveurs, coopératives), de la viande (Syndicat des Bouchers, abattoir, transformateur), intermédiaires commerciaux et acheteurs (GMS, restauration, RHD) etc… Cet état des lieux non exhaustif doit permettre d’avoir une vision d’ensemble des acteurs de la filière et de considérer les potentialités du projet.

Aperçu non exhaustif de la filière BV sur le territoire du GACG.

Entretiens

Suite à l’identification des acteurs clefs de la filière viande bovine présents sur le territoire du Grand Auch et concernés par l’étude, un total de 39 entretiens a été réalisé. La diversité des types d’acteurs enquêtés a nécessairement conduit à l’élaboration de plusieurs grilles d’entretien spécifiques :

  • La grille 1 GMS/Restaurant/Boucherie
  • La grille 2 abattoir/transformateur
  • La grille 3 éleveur

Ces entretiens ont permis d’identifier pour chacun des acteurs des freins à la valorisation de la viande bovine du Gers. 

Aperçu des résumés de constats présentés plus en détail dans le rapport

Tous ces freins sont identifiés dans le rapport et des initiatives concrètes mises en place partout en France sont détaillées dans les « fiches actions » qui composent la dernière partie du rapport. Car si la filière bovin viande sur le territoire du Grand Auch est complexe et subit des mutations rapides, elle fait face à des problèmes que l’on pourrait désigner de « courants » pour ce secteur et qui sont observés à l’échelle du Gers et dans d’autres départements.

Exemple de 2 fiches actions concrètes (sur les 14 que comporte le rapport).

C’est ce que le panorama d’actions concrètes tente de mettre en avant : il existe des solutions réalistes face aux freins rencontrés aux différents stades de la filière bovin viande, allant du producteur aux acheteurs en passant par les transformateurs. Structurer en amont l’offre et en aval la demande est l’un des enjeux de la filière bovine. La filière doit également évoluer pour mieux répondre à la demande et aux attentes de la société, tant sur l’exigence de qualité, de transparence que sur l’aspect environnemental et sur le bien-être animal.

Plusieurs pistes sont lancées dans cette étude parmi lesquelles communiquer sur les produits de qualité et les externalités positives de l’élevage valorisant les ressources herbagères, accompagner l’ensemble des professionnels de la filière vers plus de technicité, mutualiser les moyens de commercialisation, mutualiser la demande en produits locaux et faire un choix politique fort en donnant les moyens aux acteurs de la restauration collective de mettre de la viande locale dans les assiettes. Car re-territorialiser l’alimentation et faire le choix du local, ce n’est pas seulement diminuer les émissions dues aux transports, c’est également soutenir et pérenniser économiquement un élevage herbager mettant en œuvre des pratiques de gestion agro-écologiques plus résilientes, c’est sauvegarder et promouvoir les écosystèmes de prairies, véritables atouts du territoire dans la lutte contre le changement climatique.

Le rapport dans son intégralité est disponible ICI : Rapport-Filière-BV-GACG-2018-ADASEA32

Retrouvez aussi la présentation animée du diaporama présenté aux élus du Grand Auch Coeur de Gascogne ici: 1'30 Pour comprendre l'étude Valorisation des produits issus d'élevages extensifs et herbagers !


[1] Observatoire de la Production de viande bovine 2017 dans le Gers, IDELE

[2] Observatoire de la Production de viande bovine 2016 dans le Gers, IDELE

Nos coordonnées

Maison de l’Agriculture – BP 70 161

32003 AUCH cedex

Tel. : 05 62 61 79 50  

contact.gers@adasea.net

 

Inscrivez-vous à la Gazette de l'ADASEA pour rester informé de notre actualité :

 

Inscription

Nous contacter

Remplir le formulaire ci-dessous

Partenaires